Je lutte donc je suis

Préparation du troisième film


Après l’aventure extraordinaire* de Ne vivons plus comme des esclaves (2013-2014) et de Je lutte donc je suis (2015-2016), nous avons décidé de continuer.

Appel pour le
financement du troisième film
en préparation

Comme les précédents, il s’agira d’un film en creative commons, gratuit sur internet, à but non lucratif et au bénéfice des initiatives solidaires autogérées en Grèce et en Espagne.

Nos moyens étant modestes et nos bénéfices reversés, il est nécessaire que celles et ceux qui le peuvent soutiennent cette démarche originale.

Trois possibilités très simples s’offrent à vous :

1- soit par PAYPAL

2- soit par CHÈQUE
à l’ordre de ANEPOS (ne rien ajouter sur l’ordre)
à envoyer à :
ANEPOS
"Préparation troisième film"
BP 10 - 81540 Sorèze - France

3- soit par VIREMENT
IBAN d’ANEPOS :
FR46 2004 1010 1610 8545 7L03 730 BIC : PSSTFRPPTOU
En mentionnant en objet du virement :
"Préparation troisième film"

Merci pour toutes celles et ceux qui, grâce à vous, pourront visionner gratuitement ce troisième film et le partager librement. Merci également pour les initiatives solidaires autogérées qui, en Grèce ou en Espagne, pourront continuer à bénéficier du soutien qui en découlera.

Notre but reste le même : vous informer aux antipodes de la propagande (ou du silence) des mass-médias, vous mettre directement en relation avec un mouvement social que nous connaissons parfaitement puisque nous en sommes membres, vous donner les moyens de faire reculer la résignation et de donner la pêche à votre entourage, vos réseaux et vos camarades de luttes.

Un film pour ne pas baisser les bras.

Un point régulier sur l’état du financement sera publié en bas de cette page.

Merci de votre soutien à cette nouvelle aventure ! On compte sur vous !

Maud, Yannis, Daniel, Eric, Claire, Cyril, Nathalie, Lisa, Lucas, Carole
le collectif artistique et solidaire ANEPOS et toute l’équipe du film.

Contact ou information complémentaire : 06 18 26 84 95 ou anepos@no-log.org

* en particulier :
- nos films ont été vus, partagés et discutés sur internet, y compris par de très jeunes spectateurs, grâce à leur mise en ligne gratuite. Par exemple, sur les réseaux sociaux, ce n’est pas uniquement nos bandes-annonces qui ont circulé, mais nos films complets, sans restriction.
- nos films ont été projetés gratuitement dans plusieurs milliers de collèges, lycées, facs, associations, syndicats, squats, occupations de places, ZAD et même centres d’accueil pour sans abris (par exemple, à la Boutique de la Solidarité à Toulouse, l’un des principaux lieu d’accueil, à l’occasion d’un petit-déjeuner ciné avec croissants offert par "Ne vivons plus comme des esclaves"). Avec ou sans nous, nos films ont circulé sans limite, parfois dans des endroits complètement improbables et, parfois, très émouvants (lieu d’accueil de jeunes ayant tenté de mettre fin à leurs jours, avec des discussions inoubliables sur nos différentes façons de réagir face à l’injustice et à l’horreur d’un monde à leurs yeux totalement insupportable). Au 24 novembre, le réalisateur, à lui seul, s’est rendu bénévolement à 477 projections-débats au total pour les deux films (en 40 mois, et les demandes continuent à être honorées, dans la mesure du possible).
- nos films ont été utilisés librement et massivement, l’un comme l’autre, par les mouvements sociaux du printemps 2016 en France, de grèves en blocages et de manifestations en occupations, sous formes de projections dans toutes sortes de lieux, de débats, mais aussi sur des banderoles ou des graffitis. Les idées, slogans et utopies voyagent un peu partout, se propagent et se reprennent mutuellement !
- nos films soutiennent directement et régulièrement plusieurs dizaines d’actions de solidarité menées simultanément en Grèce et en Andalousie, à commencer par la plupart des lieux présentés. Durant cette dernière semaine de novembre, notre collectif Anepos vient encore d’aider financièrement, une fois de plus, la cuisine sociale gratuite l’Autre Humain (qui n’arrivait plus à payer ses fournitures) et, pour la sixième fois, le lieu d’accueil autogéré pour les réfugiés Notara 26 à Athènes (qui a récemment été détruit, en partie, dans un incendie en pleine nuit, revendiqué par des néo-nazis, alors que de nombreux enfants dormaient à poings fermés dans l’immeuble).

"La seule façon de te sauver toi-même,
c’est de lutter pour sauver tous les autres."

Nikos KAZANTZAKIS


Reçu pour le financement du troisième film :

Total actuel au 15 janvier 2017 : 2690 euros

Total précédent au 3 janvier 2017 : 1885 euros

Total précédent au 23 décembre 2016 : 1310 euros

Total précédent au 15 décembre 2016 : 845 euros

Total précédent au 28 novembre 2016 : 720 euros

Objectif : 18 700 euros
(même budget que "Je lutte donc je suis")

Si les moyens financiers ne sont pas réunis pour faire ce film, sa création prendra plus de temps et sera également plus limitée dans le contenu, les déplacements et les moyens techniques, mais, quoiqu’il arrive, nous ferons tout notre possible.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | ACS powered